Artxiboa gaika: Bd/ Littérature / Fanzine

“La commune de Paris”, une petite piqûre de rappel?

Le cri du peuple 2Il y a presque 150 ans (148 pour les pointilleux du chiffre) , le 18 mars 1871 commençait “La commune de Paris“. Une révolte qui m’a toujours marqué depuis petit je dois l’avouer, ah ce gros-beau livre tout illustré posé sur la table du salon 🙂 . Je n’y comprenais pas grand chose, mais les photos et dessins des barricades avec les canons, ces femmes, hommes et enfants en armes qui posaient devant, fiers et dignes, la fumée des combats, les murs de fusillés…et ces cadavres posés dans leur cercueil…oui cela m’a marqué. Et il n’y avait qu’un pas pour faire le rapprochement avec les photos des républicains de 36 et ceux qui continuaient la lutte contre le franquisme, et assimiler les “versaillais” aux CRS qui nous matraquaient pendant les manifs de Seaska. Excessif peut-être mais quand on est gosse hein, l’imagination… Après on apprend à relativiser, fouiller, approfondir, distinguer…et rapprocher selon. Jarraitu “La commune de Paris”, une petite piqûre de rappel? irakurtzen

Advertisements

“Symphonie carcérale”, les clefs de l’évasion musicale

Symphonie carcérale rectoBerri Txarrak, Che Sudaka, les rappeurs palestiniens de DAM ou Mouss et Hakim en concert à la prison de Fresnes. Pas difficile d’imaginer la joie que peut apporter le fait de voir un groupe ou un artiste en concert quand on est détenu, et qui plus est, sur son lieu de détention même. C’est cet univers méconnu que retrace en 176 pages le roman graphique “Symphonie carcérale” de Romain Dutter, qui a été coordinateur culturel au sein du Centre Pénitentiaire de Fresnes et du déssinateur Bouqé, édité par les éditions Steinkis. Mais la bd ne se limite pas à Fresnes, et tout au long des pages, c’est un véritable voyage autour des “petites et grandes histoires des concerts en prison” de Johnny Cash à nos jours qui nous est proposé. Jarraitu “Symphonie carcérale”, les clefs de l’évasion musicale irakurtzen

“Gerezi garaia”, rester libre, toujours

Gerezi garaiak azala“Pour moi, ce que tu racontes est incroyable, on se croirait dans un film d’espions”, telle est la réaction d’un des jeunes assis en face de Lucio Urtubia, lors d’une veillée familiale autour de la cheminée. Et à vrai dire, en tant que lecteur, c’est aussi ce qui nous vient à l’esprit à la lecture de la Bd de Belatz “Gerezi Garaia” (“Le temps des cerises”), éditée par Txalaparta. Bon, je sais la Bd est parue depuis quelques mois, mais les aléas de toujours aidant, je viens de la finir, et je ne pouvais pas ne pas en parler. Jusqu’à présent, si je devais conseiller une Bd relatant la vie d’un anarchiste, ni une ni deux, c’était “Louis La Guigne” qui me venait à l’esprit. Mais la Bd franco-belge qui se déroule entre les deux guerres, et qui, soit dit en passant, fait un tour par le Pays Basque, “guerre civile ” espagnole oblige, était une histoire fictive. Le combat de Louis contre le fascisme, parsemé de faits historiques réels, n’en était pas pour le moins romancé. Par contre maintenant, il est clair que je conseillerais plutôt “Gerezi Garaia”, la vie bien réelle de Lucio “j’ai toujours eu la chance de mon côté”  (dixit Lucio dans la bd). Une bd qui rend hommage à l’anarchie, la liberté, la solidarité et la vie elle-même en fin de compte. Jarraitu “Gerezi garaia”, rester libre, toujours irakurtzen

“Larga vida a R.I.P”, le fanzine-livre-cd en hommage au groupe d’Arrasate

ripLe groupe punk “R.I.P”, au même titre que les groupes “La Polla“, “Kortatu“, “Barricada“ ou “Eskorbuto”, a été un groupe important du “Rock radical Basque” vers le milieu des années 80. Qui n’a pas déja entendu ou repris les chansons “Policía no”, “Mundo muerto”, “Antimilitar” ou leur version punk de “Lepoan hartu ta segi aurrera”? Pour bien comprendre l’importance du groupe, et l’influence qu’il a pu avoir pour des groupes comtemporains, le fanzine catalan “Silencio Tóxico” vient de publier “Larga vida a R.I.P”, un fanzine-livre-cd en hommage au groupe d’Arrasate. Un travail de deux ans regroupés en 376 pages, et assorti d’un CD de 27 groupes qui proposent des versions de chansons de “R.I.P”. On peut se le procurer dans les points de vente alternatifs habituels ou auprès du distributeur DDT.
Jarraitu “Larga vida a R.I.P”, le fanzine-livre-cd en hommage au groupe d’Arrasate irakurtzen

La “belle époque” des fanzines du Pays Basque Nord (1986-1994)

IRUDILes “fanzines” ont fleuri au Pays Basque, comme un peu partout dans le monde, à partir de la moitié des années 80 jusqu’à la fin des années 90. Au Pays Basque Nord aussi, des jeunes à la pointe des technologies de l’époque (machine à écrire et photocopieuse 🙂 ) ont permis de faire émerger les révoltes, revendications, réalisations, besoins et “rêves” de ces années. Parti de Baiona, le fanzine va petit à petit s’étendre aux autres villes et villages d’iparralde, évoluant progressivement de la culture issue du “Rock Radikal Vasco” vers un contenu plus local, tout en gardant son lien avec le monde musical et un ton “impertinent”.  Vous trouverez ci-bas certaines des couvertures de ces fanzines. A la fin de l’article, le numéro spécial sorti par “Patxaran” en 1986 sur le “rock en iparralde” est disponible en Pdf. Très intéressant pour se faire une idée du mouvement de l’époque, avec des interviews de groupes, certains connus, d’autres disparus au bout d’un concert, voir sans concert! (Et en dernière page, l’interview réalisé par l’hebdomadaire “Argia” avec les fanzines Kalimotxo, Patxaran et Desastre). Jarraitu La “belle époque” des fanzines du Pays Basque Nord (1986-1994) irakurtzen